Pour un investissement locatif rentable, achetez aux frontières de la Suisse et du Luxembourg

11 octobre 2017

Particulièrement nombreux aux frontières de la Suisse et du Luxembourg, les travailleurs transfrontaliers ou "navetteurs" chamboulent le marché de l'immobilier. Haute-Savoie, Pays de Gex ou Alsace sont devenues des régions de choix où investir et profiter d'un marché tendu en raison de salaires (et de loyers) bien plus élevés de l'autre côté de la frontière.

360 000 travailleurs aux frontières avec la Suisse et le Luxembourg

Selon des chiffres de l'Insee de 2012, aujourd'hui probablement encore en deçà de la vérité, 360 000 résidents français travaillent à l'étranger et font quotidiennement la navette dans un pays voisin. Ce chiffre est en constante progression puisque ces navetteurs sont 55 000 de plus qu'en 2006 et 100 000 de plus qu'en 1999.
Ce phénomène s'observe particulièrement aux frontières de la Suisse et du Luxembourg où les salaires sont plus élevés que dans l'Hexagone. La ville de Genève par exemple attire de plus en plus de Français et cet attrait s'est notamment accentué ces dernières années, comme l'explique Sébastien Cartier, président adjoint de la Fnaim (Fédération nationale de l'immobilier) Savoie Mont-Blanc. Quatrième pôle financier d'Europe, la capitale suisse rencontre de réelles difficultés autour de l'immobilier : on y constate une explosion des prix d'achat ainsi qu'une dramatique pénurie de logements. La ville de Bâle est également très prisée du fait de ses activités financières, pharmaceutiques et chimiques, reconnues pour leur excellence. Là aussi, les loyers ont explosé.
Les Français qui travaillent dans ces villes, ainsi que de plus en plus de Suisses, cherchent donc à se loger en France. Investir dans ces régions est par conséquent judicieux. A condition de bien se renseigner.

Investir dans l'immobilier à la frontière de la Suisse et du Luxembourg : ce qu'il faut savoir

La première condition à respecter afin de bien louer votre logement dans ces régions frontalières est de choisir une commune à partir de laquelle il sera aisé de rejoindre les grandes villes suisses ou luxembourgeoises. L'idéal étant que ces déplacements puissent s'effectuer en train afin d'éviter le terrible trafic routier. A défaut, privilégiez des villes desservies par l'autoroute. Une des régions les plus chères, mais aussi les plus rentables, est la Haute-Savoie, très proche de Genève. Le magazine Investir a par exemple sélectionné les villes d'Annemasse ou Saint-Genis-Pouilly pour leur qualité d'accessibilité, leurs prix encore abordables et leur taux de vacance très faible. Plus loin de la frontière mais tout aussi prisée, Annecy peut également constituer un bon choix et son taux de vacance locative n'est que de 1,6%.
Moins cher - à part la ville de Divonne-les-Bains qui bénéficie d'une situation idéale - l'Ain, et plus particulièrement le Pays de Gex, est une bonne région pour investir. Même si les prix ne sont pas lissés entre les différentes communes. Enfin l'Alsace, de Saint-Louis (qui va bientôt se doter d'un tramway) à Mulhouse, est également à considérer pour sa proximité avec Bâle. Il faut toutefois privilégier les quartiers sud car, pour une meilleure rentabilité, mieux vaut ne pas s'installer trop près des frontières, où l'immobilier reste plus cher que dans le reste de l'Alsace.

Trucs et astuces

Les biens les plus recherchés - que ce soit par des familles ou par des célibataires aux salaires élevés - sont les moyennes surfaces. Les locataires sont exigeants et ne se tourneront que vers des biens de qualité et de préférence dans l'ancien. Evitez donc d'acheter dans le neuf, vous risqueriez de surpayer le bien et de n'en tirer qu'un rendement locatif peu satisfaisant.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services adaptés à vos centres d'intérêts et réaliser des statistiques de visite du site.

En savoir plus Fermer