Le Corbusier : l’architecte visionnaire

18 août 2017

Après le baron Haussmann, Paul Delouvrier, André Pux, Jules Siegfried, Napoléon III et Jean Dollfus, le Crédit Foncier met en lumière le rôle de Le Corbusier dans l’histoire de l’immobilier à l'occasion de l'été. Architecte et urbaniste qui a profondément marqué le XXe siècle, il est l’un des pionniers du « Mouvement moderne » et le père fondateur du concept d’unité d’habitation.

Après avoir commencé, dès l’âge de treize ans, une formation de graveur-ciseleur puis de peintre, à l’École d’art de sa ville natale de La Chaux-de-Fonds, en Suisse, Charles-Édouard Jeanneret-Gris s’orienta définitivement vers l’architecture et la décoration en 1904. En 1908, il rencontre l’architecte Auguste Perret qui lui enseigne la technique de construction en béton armé à laquelle il sera attaché durant toute sa carrière. Il quitte la Suisse en 1917 pour s’installer à Paris où il fait la connaissance du peintre Amédée Ozenfant avec qui il s’amuse à théoriser le purisme, se voulant des continuateurs du cubisme. Tous deux fondent l’Esprit Nouveau, revue d’art et d’architecture, dans laquelle Charles-Édouard Jeanneret-Gris signe pour la première fois Le Corbusier.

« Le Corbusier continua à écrire toute sa vie, des articles et des essais dont certains figurent parmi les textes les plus influents des années 1920, époque du Mouvement moderne, avance le Crédit Foncier. Après avoir conçu l’idée du Congrès international d’architecture moderne, le CIAM, qui réunit à Paris, en 1928, la plupart de ses confrères architectes et urbanistes du courant Moderne, Le Corbusier décida de se focaliser, la grande dépression d’après 1929 aidant, sur les problèmes de concentration urbaine. »

Le Corbusier est un des pionniers du Mouvement moderne, dont l’action qui se développe dans les années 1920, se définit par un style épuré, avec un retour au décor minimal et des lignes géométriques, par la volonté de répondre aux besoins de l’époque, soucieuse de praticité, par une construction fonctionnelle et rationnelle, ainsi que par l’utilisation de nouveaux matériaux et de nouvelles techniques de construction tels que le béton, l’acier ou encore le verre.

« Éclectique, Le Corbusier puisa dans sa curiosité, ses multiples voyages et son goût pour bien des disciplines, architecture, urbanisme, décoration, peinture, sculpture, littérature, une extraordinaire capacité à l’audace et à l’innovation », continue-t-il. Depuis le 17 juillet 2016, dix-sept de ses œuvres, dont dix en France, sont classées au patrimoine mondial de l’Unesco.


En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services adaptés à vos centres d'intérêts et réaliser des statistiques de visite du site.

En savoir plus Fermer